*** 15 % de remise sur toute la Boutique à partir de 50€ d'achat avec le Code : REMISE15 dans le panier !!

L’histoire extraordinaire de la creme glacee

L’histoire extraordinaire de la creme glacee

La crème glacée a quelque chose de miraculeux.

Comme elle fond à température ambiante, son existence est éphémère une fois qu’elle est sortie du réfrigérateur ; voici la beauté éphémère de la vie dans un cornet.

Elle combine lait et sucre dans un rapport aussi proche du lait maternel que n’importe quel autre aliment ; la crème glacée est enfouie au plus profond de notre inconscient.

Il n’est donc pas surprenant que la légende raconte que la crème glacée a été introduite en Europe par Marco Polo, qui l’avait goûtée à la cour de l’empereur chinois Kublai Khan.

Un aliment magique a besoin d’une origine mythique, après tout !

Malheureusement, les historiens pensent aujourd’hui que l’histoire des origines de la crème glacée de Marco Polo n’est pas vraiment vraie.

La bonne nouvelle est que l’histoire de la crème glacée reste un récit incroyable. Mais, avant de commencer, nous devons faire un petit détour par la science, plus précisément par la réfrigération et le refroidissement…

La réfrigération avant les réfrigérateurs !
Comment la crème glacée peut-elle avoir une longue histoire si le premier réfrigérateur électrique à usage domestique n’a été inventé qu’en 1913 ?

Eh bien, avant les réfrigérateurs modernes, nos ancêtres utilisaient quelques méthodes innovantes pour refroidir les aliments…

La récolte de la glace

Si vous vous souvenez de la récolte de la glace dans le film Frozen de Disney, eh bien, cela s’est réellement produit ! La glace était récoltée en hiver et stockée dans des glacières spécialement conçues à cet effet.

On pense que la première glacière a été construite en 1780 avant Jésus-Christ par le roi Zimri-Lim de Mari, dans ce qui était alors la Mésopotamie (aujourd’hui la Syrie).

Thomas Jefferson, amateur de crème glacée, a fait construire une glacière à la Maison Blanche et à son manoir de Monticello, qu’il remplissait chaque hiver de glace provenant de la rivière Rivanna.

Et l’empereur romain Néron aurait dégusté le premier sorbet du monde, fait avec de la glace descendue des montagnes Apennines et aromatisée avec du miel et du vin.

Mais si la récolte de la glace fonctionnait bien pour refroidir des boissons ou créer des sorbets primitifs, pour pouvoir congeler autre chose (par exemple de la crème !), nos ancêtres devaient trouver autre chose…

Le processus endothermique


En termes simples, le processus endothermique est un type de réaction chimique qui produit un refroidissement. Cela peut sembler bizarre, mais le simple fait d’ajouter du sel à de la glace rend celle-ci plus froide !

Et cela signifie que tout ce qui est emballé autour d’un récipient de glace salée (par exemple de la crème) devient également plus froid. Si froid qu’il gèlera aussi.

La première mention de ce phénomène se trouve dans le recueil indien de contes populaires appelé Panchatantra, datant du quatrième siècle, qui nous dit que « l’eau ne devient vraiment froide que lorsqu’elle contient du sel ».

La sorbetière à glace et au sel
L’ajout de sel à la glace la rend (et tout ce qu’elle touche) plus froide.

C’est le processus utilisé pour fabriquer la crème glacée depuis ses débuts jusqu’après la Seconde Guerre mondiale (lorsque la réfrigération électrique a commencé à se répandre).

Bien que dans un cadre domestique, certains d’entre nous continuent à utiliser des machines à sel et à glace, même aujourd’hui !

creme glacee au yaourt avec sorbetiere

D’Est en Ouest : Le grand voyage de la crème glacée


Marco Polo n’a peut-être pas apporté la crème glacée de Chine en Europe (de nombreux historiens pensent qu’il n’a peut-être même jamais visité la Chine !)

Mais il semble bien qu’elle soit née en Orient, d’où elle s’est répandue vers l’ouest, probablement ramenée par des commerçants et des voyageurs (inconnus) du Moyen-Orient.

Chine : Crème glacée au lait de jument ?


Le premier exemple enregistré d’un plat au lait glacé remonte à la dynastie chinoise des Tang, qui a régné entre 618 et 907.

Shang, le septième empereur Tang, a mangé un plat préparé à partir de kumis (une boisson d’Asie centrale ressemblant à un yaourt et faite de lait de jument fermenté), épaissi avec de la farine et aromatisé avec du camphre avant d’être réfrigéré.

La boisson était versée dans des tubes métalliques qui étaient ensuite descendus dans des bassins de glace. C’est de la même manière que le kulfi indien est fabriqué.

La célèbre crème glacée Kulfi de l’Inde


C’est en Inde, au 16ème siècle, qu’est arrivé l’un des joyaux de la crème glacée mondiale. Le kulfi est mentionné pour la première fois dans l’Ain-i-Akbari, le récit de la vie de l’empereur moghol Akbar le Grand, qui a régné de 1556 à 1605.

Le livre décrit l’utilisation de salpêtre avec de la glace provenant de l’Himalaya : une preuve évidente du processus endothermique utilisé.

Contrairement à beaucoup d’autres de ces premières glaces, les procédés et les parfums utilisés pour fabriquer le Kulfi en Inde restent à peu près les mêmes aujourd’hui qu’au 16e siècle !

L’Italie : Le berceau de la crème glacée moderne


Environ cent ans après que les Indiens aient mis au point le Kulfi, les Italiens ont commencé à créer les premières glaces, qu’ils appelaient sorbetto.

Une sorte de glace à l’eau était servie en Perse depuis au moins l’époque d’Alexandre le Grand, qui n’aimait apparemment rien tant qu’un faloodeh (comme on les appelle là-bas) après une dure journée de campagne.

Quant aux Arabes, ils buvaient depuis l’époque médiévale une boisson fraîche et rafraîchissante appelée sharab (sorbet).

Les voyageurs en Orient ont sans doute rapporté ces friandises en Europe, où elles sont devenues très populaires dans la haute société.

À l’époque déjà, les Italiens étaient considérés comme les maîtres des techniques culinaires utilisées. Ils ont commencé à faire évoluer les boissons glacées vers quelque chose de plus proche des sorbets que nous connaissons aujourd’hui.

Antonio Latini, chef de cuisine du vice-roi espagnol à Naples, a publié le premier livre de recettes de sorbets en 1694.

Il proposait des saveurs comme le citron, la fraise, le chocolat (un ingrédient exotique qui venait tout juste d’arriver en Europe) et même l’œuf de poule !

L’une de ses recettes, un sorbet au lait (qui mélangeait du cédrat ou de la citrouille confits avec du lait, de l’eau et du sucre) est considérée comme la première crème glacée documentée !

L’arrivée des œufs


Enfin, en 1695, nous voyons une recette de crème glacée aux œufs (par opposition à la simple crème glacée) publiée dans un feuillet de 23 recettes de glaces à Naples.

Comme seuls les ingrédients sont mentionnés, on pense que la méthode de fabrication de la crème glacée était connue de tous à l’époque.

Il ne subsiste qu’un seul exemplaire du Brieve e Nuovo Modo da Farfi Ogni Forte di Sorbette con Facilta, écrit anonymement, et l’on pense qu’il était destiné à être distribué avec le matériel de fabrication des glaces.

Mais il contient la première recette de ce que l’on peut véritablement qualifier de crème glacée « moderne ».

France : La finesse de la crème glacée


Si l’Italie a tendance à recevoir tous les honneurs, la France a toujours fabriqué des glaces sensationnelles et a joué un rôle important dans leur évolution.

En fait, le chimiste Nicholas Lemery a écrit la première recette individuelle de sorbet en 1674, devançant Antonio Latini de 20 ans !

Et Nicolas Audiger, un Français (certes formé en Italie), a amélioré les méthodes de Latini en insistant pour que ses cuisiniers remuent leurs mélanges pendant la congélation afin de donner à la glace à l’eau une texture plus légère.

En 1742, le maître cuisinier français a publié une recette de crème glacée qui impliquait à la fois des jaunes d’oeufs et le brassage, de sorte que tous les détails de ce qui ressemble à notre crème glacée moderne avaient enfin été publiés.

Cette méthode avait probablement déjà été utilisée auparavant et était largement connue, au moins en Italie, mais elle n’avait pas encore été publiée. En France, le nouveau plat s’appelait « fromage glacé », c’est-à-dire fromage glacé ou confit.

L’ajout du jaune d’œuf à la crème glacée est important. Non seulement il aurait rendu la crème glacée plus épaisse, plus lisse et plus riche. Cela signifiait également que les chefs pouvaient économiser de l’argent en utilisant une crème moins coûteuse.

L’Angleterre : La crème glacée pour la royauté


La crème glacée est arrivée en Angleterre en provenance de France. Et comme en Europe continentale, c’était un plaisir que seules les classes supérieures pouvaient se permettre.

Les classes supérieures anglaises mangeant de la crème glacée
À son arrivée en Angleterre, la crème glacée était exclusivement destinée aux classes supérieures.

Le roi Charles II, qui a régné entre 1660 et 1685, a non seulement construit une glacière dans le centre de Londres au début de son règne, mais il est le premier monarque britannique connu pour avoir mangé de la glace.

Lors d’un banquet organisé à l’occasion de la fête de la Saint-Georges en mai 1671 à Windsor, le roi s’est vu servir « une assiette de fraises blanches et une assiette de crème glacée ».

Il s’agit de la première mention de notre dessert glacé préféré dans la langue anglaise – un plat digne d’un roi !

La première recette de crème glacée publiée en anglais l’a été 23 ans plus tard, lorsqu’en 1718 l’ancien confiseur de la reine Anne a publié Mrs Mary Eales Reciepts.

Les glaces de Mme Eales ne contenaient pas de jaune d’œuf et la crème n’était pas barattée, ce qui explique la présence de gros cristaux de glace.

cornet creme glacee

Crème glacée et sorbet


Au XVIIIe siècle, la culture de la crème glacée a connu une certaine divergence. La France et l’Italie préféraient les glaces à l’eau, tandis que l’Angleterre et l’Amérique préféraient la crème glacée.

Amérique : de la glace pour tous !


La crème glacée a été introduite en Amérique par les colons européens. Et si l’Amérique a sans doute apporté peu d’améliorations culinaires à ce plat, elle a fait plus que tout autre pays du monde pour en faire la friandise omniprésente qu’elle est aujourd’hui.

La crème glacée est mentionnée pour la première fois en Amérique en 1700, dans une lettre écrite par William Black, un visiteur de la maison du gouverneur du Maryland, Thomas Bladen, qui servait « parmi les raretés,… une bonne crème glacée… ».

Les pères fondateurs des États-Unis en ont également mangé. Thomas Jefferson avait sa propre recette de glace à la vanille, et Alexander (et Betsy) Hamilton en servait à George Washington, qui adorait ce produit et avait dix pots à glace dans sa cuisine du Mont Vernon.

Mais alors qu’en Europe, l’économie de la production faisait que la crème glacée ne pouvait être appréciée que par la crème de la société, les entrepreneurs américains ont entrepris d’en faire une friandise accessible à tous.

Et en démocratisant la crème glacée, ils en ont fait un plat national ! Comment y sont-ils parvenus ? Ils ont pleinement profité des avancées technologiques en matière de production et de distribution.

Une machine à glace, des fabriques de crème glacée, une récolte de glace industrialisée et de nouvelles façons de consommer la crème glacée se sont conjuguées pour que la friandise désirée par tous soit enfin à la portée de tous.

Nouvelles machines à glace


Jusqu’au milieu du 19e siècle, la fabrication de la crème glacée était un travail ardu. Tous les ingrédients étaient d’abord ajoutés dans un récipient qui était lui-même placé dans un seau de sel et de glace.

Ensuite, le cuisinier secouait le récipient de haut en bas à la main, tout en battant la crème et en raclant le mélange congelé sur les côtés. Il fallait des heures de cet effort manuel pour faire de la crème glacée !

Cependant, la vie du cuisinier était sur le point de s’améliorer considérablement…

En 1843, la première sorbetière mécanisée du monde a été mise au point par deux personnes situées de part et d’autre de l’Atlantique.

A Londres, en Angleterre, Thomas Masters a créé son appareil à crème glacée breveté. Nancy M Johnson de Philadelphie, en Amérique, crée son congélateur artificiel.

Masters a reçu son brevet le 6 juillet et Johnson a reçu le sien le 9 septembre, tous deux en 1843.

Les deux gadgets utilisaient une manivelle pour faire tourner une palette à l’intérieur du récipient qui barattait et raclait le mélange pendant qu’il gelait. Bien sûr, c’était plus une évolution qu’une invention.

Ils utilisaient toujours de la glace et du sel pour la congélation, exploitant l’effet endothermique utilisé pour la première fois par les Moghols pour fabriquer le kulfi 200 ans auparavant.

Mais en rendant l’ensemble du processus beaucoup plus efficace, ils ont permis de fabriquer de la crème glacée en bien plus grandes quantités, beaucoup plus rapidement…

Les fabriques de crème glacée


En 1851, un quaker de Pennsylvanie, Jacob Fussell, a cessé de livrer des produits laitiers à Baltimore pour créer la première fabrique de crème glacée au monde à Seven Valleys, en Pennsylvanie.

Ayant déjà accès à de grandes quantités de lait, il a pu augmenter sa production et baisser les prix de ses rivaux. La crème glacée est ainsi devenue beaucoup plus largement disponible et abordable qu’elle ne l’avait jamais été auparavant.

Fussell fut bientôt à la tête d’un formidable empire de la crème glacée, avec des usines sur toute la côte est des États-Unis, et il est reconnu comme « le père de l’industrie de la crème glacée en gros ».

En fait, il a été dit que Jacob Fussell a probablement fait plus que quiconque pour lancer l’histoire d’amour des Américains avec la crème glacée.

La récolte industrielle de la glace


La demande croissante de crème glacée signifiait une demande croissante de glace ! Et jusqu’à l’invention de la réfrigération électrique, cela signifiait encore la récolte de la glace.

Cependant, les images romantiques des empereurs romains qui envoyaient leurs serviteurs chercher de la glace dans les montagnes les plus proches avaient disparu depuis longtemps au 19e siècle.

La récolte de la glace est désormais industrielle et mondiale. Des millions de tonnes de glace étaient extraites des régions les plus froides du monde et expédiées dans le monde entier. En 1866, plus de 25 millions de tonnes de glace ont été récoltées rien qu’aux États-Unis !

Le pionnier de ce nouveau commerce était Frederic « Ice King » Tudor qui expédiait de la glace du Maine jusqu’en Inde.

La boisson a la creme glacee

Que serait l’Amérique sans ses fontaines à soda ? Une bonne question, mais cela nous amène à nous demander ce que seraient les fontaines à soda sans la crème glacée ? Beaucoup moins bien est probablement la meilleure réponse !

Mais les fontaines à soda ont commencé leur vie sans glace. La tendance à boire de l’eau gazeuse a été importée d’Europe, où l’eau naturellement gazeuse était louée pour ses avantages apparents pour la santé.

Première fontaine à soda


Les premières fontaines à soda vendaient de l’eau gazeuse pour ses bienfaits sur la santé !

Les scientifiques ont rapidement appris à carbonater artificiellement l’eau et (toujours considérée comme saine), elle a commencé à être vendue dans les pharmacies aux États-Unis.

Les siphons de plus en plus ornés et les sièges réservés à cet effet se sont avérés populaires auprès du public américain. Et les drugstores ont rapidement aromatisé l’eau gazeuse avec toutes sortes de sirops sucrés.

Mais qui a été le premier à ajouter de la crème glacée ? Et quand ? Comme beaucoup dans l’histoire des glaces, ce n’est pas tout à fait clair !

On peut penser à Robert Green, qui, en 1874, n’avait plus de crème qu’il utilisait habituellement pour aromatiser les sodas qu’il vendait à Philadelphie. Ou alors, c’est Fred Sanders, à Detroit, qui a découvert que la crème qu’il utilisait avait tourné.

Dans tous les cas, l’un d’entre eux (ou plus probablement les deux) a mis quelques boules de glace dans le verre à la place. Et voilà : le soda à la crème glacée était né !

glace 3 boules chocolat vanille
Le préféré des Américains : le soda à la crème glacée.

Il a connu un succès massif auprès du public américain et a contribué à propulser les fontaines à soda et la crème glacée au cœur même de la culture américaine.

Les fontaines à soda sont devenues l’endroit où tout le monde allait pour manger de la glace. Et en 1916, on estimait à 500 millions de dollars la valeur des sodas vendus dans toute l’Amérique !

Les emplois italiens : Hokey Pokey & Penny Licks


Mais les gens ont toujours aimé manger de la glace à l’extérieur aussi. Et les bouleversements politiques en Italie ont finalement donné naissance à des glaces que tout le monde pouvait se permettre d’acheter dans les rues d’Amérique et du Royaume-Uni !

C’est à la fin du XIXe siècle que les Italiens pauvres ont commencé à émigrer vers le Royaume-Uni et les États-Unis, apportant avec eux leurs traditions en matière de crème glacée. La pauvreté a poussé de nombreux Italiens à chercher une vie meilleure dans des pays plus industrialisés.

Dans le même temps, les chemins de fer ont permis aux classes ouvrières de ces pays de prendre des vacances au bord de la mer. Le décor était planté pour que les glaciers italiens prennent d’assaut le monde anglophone !

On estime que le commerce de la crème glacée a triplé le nombre de migrants italiens au Royaume-Uni entre les années 1880 et 1901.

Des deux côtés de l’étang, les glaces étaient vendues dans de petits verres et connues sous le nom de « penny lick ».

Les vendeurs de glaces étaient connus sous le nom d’hommes « hokey pokey ». On pense que cela était dû au cri du vendeur, qui était soit « oh che poco » (oh combien peu) soit « ecce un poco » (voici un petit peu).

Le verre à lécher est le descendant des magnifiques coupes à glace en porcelaine du 18e siècle…

La première de ces coupes a été fabriquée pour Madame de Pompadour, (la maîtresse principale du roi Louis XV de France) dans les usines de porcelaine de Vincinnes en 1754. L’année suivante, le roi lui-même fit inclure la « tasse à glace » dans un service de table.

Non seulement les verres de tasse à glace étaient très ordinaires par rapport aux tasses en porcelaine française qui avaient été envoyées jusqu’en Russie, mais ils présentaient deux autres défauts majeurs…

Tout d’abord, les verres étaient coupés d’une manière qui leur donnait une apparence faussement grande, ce qui laissait les clients déçus lorsqu’ils découvraient qu’ils avaient payé pour la plus petite des portions !

Mais plus important encore, les verres à lécher étaient un fantastique moyen de transmission des maladies. Après un rapide coup d’eau, les verres paraissaient propres, mais ils étaient remplis de bactéries et de virus.

Les verres à liqueur étaient pleins de germes
Les verres à liqueur et le hokey pokey étaient réputés pour propager les maladies.

En effet, ils ont été tenus responsables de la propagation de la tuberculose et en 1899, les penny licks ont été interdits à Londres.

L’arrivée des cornets de crème glacée


Les amateurs de crème glacée avaient besoin d’un produit plus propre, moins sujet à la fraude et franchement plus savoureux pour déguster leur friandise préférée. Le temps était venu d’inventer le cornet à glace !

Contrairement au créateur de la première sorbetière domestique, tout le monde sait que c’est Ernest A Hamwi qui a inventé le cornet à glace. Ou est-ce Mme Agnes B Marshall, ou Italo Marchiony qui a fabriqué le premier cône ?

Il s’avère qu’il n’y a qu’un seul homme à qui l’on attribue le brevet de la première machine à cônes de crème glacée, et c’est l’immigrant italien à New York, Italo Marchiony.

Cependant, il existe au moins deux précurseurs de l’invention de M. Marchiony…

À Naples et en Sicile, la crème glacée était vendue depuis un certain temps déjà dans un petit pain de type brioche. Connue sous le nom de « briosca con gelato » ou « pain gelato », cette friandise est encore disponible aujourd’hui. Elle est souvent consommée pour ce qui doit être l’un des petits-déjeuners les plus décadents qui soient.

C’est sûr : une brioche n’est pas un cône. Mais ça allait dans le bon sens. Et l’écrivain culinaire Agnes B Marshall allait faire avancer les choses d’un cran…

Agnes est aujourd’hui largement oubliée, mais pendant plus de 20 ans, elle a été l’un des plus grands écrivains culinaires de l’ère victorienne. La crème glacée et les sorbets étaient sa spécialité, à tel point qu’elle a gagné le surnom de « Reine des glaces ».

Non seulement Mme Marshall a fait breveter une sorbetière, mais deux des quatre livres qu’elle a publiés sont « Ices Plain and Fancy : The Book of Ices » de 1885 et « Fancy Ices » de 1894.

Le livre des glaces de Mme Marshall


Dans son livre de glaces, elle parle de « cornets », qui étaient fabriqués à partir de farine, d’amandes moulues, d’œufs, de sucre, d’essence de vanille et d’eau de fleur d’oranger, et étaient moulés dans des étuis à cornets.

Mais les cornets de Mme Marshall étaient destinés à la cuisine familiale ou à l’artisan. Il a fallu un Américain pour fabriquer un récipient comestible pour crème glacée produit en masse, le cornet.

Italo Marchiony vendait des glaces à partir d’un chariot sur Wall Street, et en avait assez que ses verres hokey pokey soient volés ou cassés. La réponse était clairement un verre comestible, et à partir de 1896, il a passé ses soirées à expérimenter en tordant des gaufres chaudes en forme de coupe.

Enfin, en 1902, il dépose un brevet pour un moule à glace, qui est approuvé l’année suivante.

Le brevet du moule pour cornet à glace d’Italo Marchiony
Le brevet de Marchiony pour un moule pour 10 cornets à glace

Le nouveau cornet, ou « toots » comme on les appelait, aurait pu rester limité à Wall Street ou à New York si la chance, ou le bon sens des affaires, n’étaient pas intervenus.

Marchiony a emmené son invention à la Louisiana Purchase Exposition (ou Exposition universelle de St Louis) qui s’est tenue pendant l’été 1904.

Il y vendit des glaces aux foules émerveillées par les dernières inventions, dont les rayons X, le téléphone sans fil et 140 modèles d’automobiles. On estime que plus de 19 millions de personnes ont assisté à la foire et ont emporté avec elles de nombreuses idées géniales.

La crème glacée dans le monde moderne


Nous voici donc au début du 20e siècle, avec tous les ingrédients pour que la crème glacée envahisse le monde…

Les recettes sont prêtes, il existe des usines capables de produire de grandes quantités de glace grâce à des machines à glace nouvellement efficaces, la glace est abondante, il existe de nouveaux endroits où s’asseoir pour la manger et des cônes qui vous permettent de la déguster en déplacement !

Lorsque la réfrigération électrique a commencé à se répandre dans le monde, on a commencé à trouver de la glace dans des endroits auparavant inimaginables.

Et si les années de prohibition de 1920 à 1933 ont été néfastes pour les amateurs de bière fraîche par une chaude journée d’été, elles ont marqué l’apogée de la crème glacée…

Un bar à glace des années 30


De nombreux saloons ont été convertis en bars à glace pendant la prohibition.

Les brasseries ont dû fabriquer d’autres produits, et les saloons qui vendaient auparavant de l’alcool ont été convertis pour vendre des boissons gazeuses et des glaces.

La Grande Dépression a réduit le pouvoir d’achat des consommateurs, mais cela n’a fait qu’entraîner une augmentation des glaces bon marché et de mauvaise qualité, plutôt qu’une diminution des glaces !

Non, la crème glacée était enfin arrivée partout. Et elle ne serait pas délogée en tant que friandise de choix pour les gens.

La crème glacée pendant la Seconde Guerre mondiale


Le moral est la clé de la guerre, il n’est donc pas surprenant que le plus grand fabricant de crème glacée pendant la Seconde Guerre mondiale ait été les forces armées américaines.

Toutefois, cela n’a pas empêché le ministre britannique de l’alimentation (et l’homme en charge du rationnement), Lord Woolton, d’interdire la production de crème glacée dans le pays.

Winston Churchill est tellement surpris qu’il écrit au ministre une lettre disant que le cabinet de guerre aurait dû avoir « la possibilité d’exprimer une opinion » sur cette interdiction.

La lettre de Winston notait également que les troupes américaines « sont de grands amateurs de crème glacée, dont on dit qu’elle rivalise avec les boissons alcoolisées ».
Les équipages de l’aviation américaine fabriquaient leur propre crème glacée pendant la Seconde Guerre mondiale.

Le personnel militaire américain n’avait pas à s’inquiéter : la crème glacée était fabriquée spécialement pour lui. Mais ils ont également pris les choses en main pour satisfaire leur dépendance.

Les équipages de l’aviation mettaient les ingrédients dans des fûts métalliques, qui étaient ensuite transformés en crème glacée par les températures glaciales et les vibrations de l’avion !

Innovations modernes


Avant de clore l’histoire de la crème glacée, nous devrions peut-être mentionner deux nouvelles idées de crème glacée des années 1970.

En 1970, le fabricant de journaux H.P. Hood, dans le Massachusetts, a créé un yaourt glacé qu’il a appelé « frogurt » comme alternative saine à la crème glacée. Ce marché s’est développé avec l’introduction du yaourt glacé sur bâton et, en 1981, le premier magasin de yaourt glacé TCBY.

Le goût dense et crémeux de la crème glacée haut de gamme est obtenu en utilisant plus de graisse et moins d’air que la crème glacée ordinaire.

En Amérique, les pionniers dans ce domaine sont sans aucun doute Häagen-Dazs, fondée en 1961 mais qui n’a ouvert son premier magasin qu’en 1976, et Ben & Jerry’s qui a commencé à répandre la paix, l’amour et la crème glacée grâce à la puissance de ses parfums excentriques deux ans plus tard, en 1978.

← Article précédent Article suivant →


Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant leur publication.